Accueil » Actu » L’e-mail est-il has been ?

L’e-mail est-il has been ?

« Le règne de l’e-mail est terminé ». Le jugement est abrupt. Dans un article du Wall Street Journal du 12 octobre dernier, Why email no longer rules… (Pourquoi l’e-mail ne domine plus…), Jessica Vascellaro annonce sans ambages la fin de l’âge d’or de l’e-mail. « Désormais, nous sommes toujours connectés, que nous soyons assis à un bureau ou avec un téléphone mobile. La connexion permanente, à son tour, a créé une foule de nouvelles façons de communiquer qui sont beaucoup plus rapides que le courrier électronique, et plus amusantes. »

Détrôné par Facebook, Twitter, Google Wave et tous les services de réseau social, l’e-mail est ainsi jugé lent et triste. En un mot : ringard. « Pourquoi attendre une réponse à un e-mail lorsque vous obtenez une réponse plus rapide par messagerie instantanée ?  Grâce à Facebook, on peut avoir la réponse à certaines questions sans les avoir posées. Vous n’avez pas besoin de demander à un ami si elle a quitté son travail, quand elle a mis à jour son statut public sur le site pour le dire au monde entier. »

Reconnaissons-le : sur certains points, l’article voit juste. Les lignes bougent. Certains usages, comme les discussions de groupe, la gestion de projets ou la diffusion de liens, de photos, et de vidéos sont évidemment mieux assurés par les services de communication de nouvelle génération. Cette migration devrait d’ailleurs en quelque sorte dépolluer le courrier électronique.

Mais l‘explosion des réseaux sociaux, que l’article met – à tort – en balance avec la relative (+21 %) stagnation de l’e-mail, ne se fait cependant pas vraiment aux dépens de ce dernier. Les réseaux sociaux ont surtout créé de nouveaux usages et élargi les auditoires. Qui aurait jadis envoyé par e-mail ses photos de vacances à ses anciens camarades d’école primaire ou partagé sa dernière découverte musicale avec une rencontre de vacances ?

L’e-mail garde aujourd’hui toute sa force. Celle d’un outil de communication maîtrisé. L’outil de communication de base du Net.

Et ce, à notre avis,  pour de multiples raisons :

  • L’e-mail est asynchrone. Le téléphone n’a pas tué le courrier postal; Facebook et Twitter n’auront pas la peau de l’e-mail. Tout simplement par ce que tout ne se prête pas à l’instantanéité. Sans compter qu’il faut pouvoir assumer et gérer les flux d’information en temps réel.
  • L’e-mail est adressé. Chaque expéditeur de courriel maîtrise sa communication en choisissant précisément les destinataires. Il est assuré que chacun d’entre eux reçoit et lit (en principe)  sa correspondance. Sur Facebook et Twitter, tout est beaucoup plus aléatoire. Savez-vous qui lit votre fil d’actualité ?
  • L’e-mail s’archive. Il est possible de garder une copie de tous les courriels jugés intéressants. Les flux permanents des réseaux sociaux, eux, s’évaporent.
  • L’e-mail est personnel. Tout le monde n’est pas prêt à sacrifier son intimité en exposant sa vie ou ses pensées sur Facebook ou Twitter. L’e-mail respecte l’intimité. Son caractère privé est d’ailleurs protégé par la loi.
  • L’e-mail est un standard. Sa gestion technique est partagée entre tous les acteurs du Net, les prestataires sont multiples. Tout le contraire des services de nouvelle génération, assurés par des sociétés privées, relevant de législations étrangères et régnant sur des quasi-monopoles.

Et vous, pensez-vous que l’e-mail va devenir un outil de communication de second plan ?

Comment utilisez-vous Facebook et Twitter ?

Exprimez-vous dans les commentaires !

Nous vous recommandons également :

Bénéficiez du soutien de la communauté Arobase.org dans les forums

Abonnez-vous à Arobase.org

Messageries, logiciels, applications, services : Arobase.org explore l'univers du courrier électronique. Pour suivre l'actualité de l'e-mail et recevoir nos trucs & astuces, rejoignez-nous sur les réseaux sociaux et abonnez-vous à notre newsletter mensuelle.

11 commentaires

  1. Je partage également votre point de vue. J’ajouterai que l’email c’est un outil élémentaire pour toute personne qui débute. Après la consultation des pages web, on apprend à rédiger un courriel. Même si la création d’un courriel n’est pas toujours évident pour un néophyte, on apprend vite et on aura toujours besoin de lui.

    J’utilise Facebook mais je mets le moins possible. Tant qu’ils n’auront pas trouvé un modèle économique viable, les données personnelles restent un sujet sensible. Aussi, je n’ai pas pour habitude de dévoiler au monde mes photos de vacances, d’annoncer mon nouvel emploi, de commenter les premiers pas de mon gamin… ça reste dans la sphère privée. Sans parler des éventuels virus avec ses applications (facebook). Ma messagerie n’accepte que le texte brut, par soucis de sécurité. Il y a tellement de prédateurs qu’on ne peut pas se permettre d’ouvrir les portes. Pour ce qui est de la messagerie instantanée, c’est bien le truc qui a fini par me saouler.

    L’email c’est bien le truc que j’utilise le plus. Et ça fait plus de 10 ans que je suis sur le net 🙂

  2. L’email est irremplaçable car il peut passer d’un prestataire à l’autre : je suis chez GMail je peux écrire à mes amis qui ont Hotmail etc. alors que sur Facebook ou sur Twitter je ne peux communiquer qu’avec des gens inscrits sur le même site.

    Le jour ou tout le monde sera inscrit sur le même site pour “communiquer” (ou essentiellement se raconter des sornettes) attention aux dérapages et aux abus sur des informations personnelles. Et puis en cas de panne technique il se passe quoi ? A l’heure actuelle ça ne semble pas poser de problème car les réseaux sociaux sont avant tout là pour des badinages mais pour une utilisation professionnelle ou tout simplement un peu plus formelle que sur le “on the go” ça ne passe plus.

    Je penses que même Wave n’est pas encore prêt à détroner GMail pour les mêmes raisons à moins que l’email standard ne soit implémenté et là peut-être qu’il s’agira d’un nouveau pas.

  3. Je rejoins l’opinion d’Arobase mais je vois plutôt une évolution au niveau de logiciels.
    On peut imaginer la fusion de la messagerie (tout court) et de la messagerie instantanée afin de fusionner les avantages de l’une et de l’autre.

    L’expéditeur pourra à tout moment choisir entre l’une et l’autre, moduler le nombre de ses destinataires selon les cas, archiver provisoirement ou non, joindre à son envoi de l’image au gros fichier, émettre et recevoir son et image, etc., sans changer d’application.

    En théorie, cela existe mais les frontières existent dans la pratique.

    Les réseaux dits sociaux trouveront plus vite leurs limites, justement à cause de leurs débordements et des législations destinées à limiter les abus.

  4. Pour moi l’email est irremplaçable. Il est l’outil qui se rapproche le plus du courrier standard. Certe il n’est pas adapté à un usage en temps réel (comme le téléphone ou une réunion IRL qui sont l’équivalent de la VOIP ou les réseaux sociaux) mais pour moi il restera l’outil le plus adapté pour ceux qui veulent rédiger et lire une réponse à tête reposé.

    De plus j’aime l’ordre, le classement et comme indiqué dans l’article, les réseaux sociaux sont tout sauf organisé puisque notre “feed” est perpétuellement pollué par ceux des contacts. Je veux pouvoir écrire à 1 ou quelques destinataires sans forcément me taper le fait que le destinataire X a baisé avec Y, que Z est célibataire ou que Q me poke.

    Avec l’email je demande une information, avec les réseaux sociaux je la subit.

    L’email ne sera jamais détroné par les réseaux sociaux. Rappelons que sans email l’inscription et l’utilisation des réseaux sociaux ne peut pas fonctionner (pour vous inscrire vous devez donner votre adresse mail, vous recevez les notifications sur votre adresse mail etc..).

    Le seul inconvénient du standard des mails est que rien n’a été prévu contre l”usurpation d’identité (je peux facilement me faire passer pour nicolas.sarkozy@elysee.fr par exemple) et contre le spam. Mais sur Facebook, combien d’entre nous avons été spammé par des hoax, vidéos choquantes ou débiles par nos propres amis ou par des cons qui créaient des groupes qui le jour où ils deviennent populaires, les utilisent pour envoyer du spam ?

  5. Une étude de nielsen semble prouver le contraire
    http://blog.quip.fr/2009/09/lusage-des-media-sociaux-tuera-til-le-mail/

    le débat est donc ouvert 😉

  6. Facebook est davantage une distraction qu’un moyen de communication “sérieux”. Je vois mal un usage professionnel ou administratif de ce site, bien que certains l’envisagent. Il perdrait alors toute sa spontanéité, on n’oserait plus parler librement, dire des bêtises, jouer à tous les jeux idiots proposés!

    J’aime bien Facebook qui me permet de rester en contact avec des amis ou de la famille vivant au loin, mais tout n’est pas publiable ni visible par tout le monde. Avec l’e-mail on peut communiquer avec réflexion si besoin est, et il y a des informations qui peuvent attendre sans qu’on ait besoin de remplir les murs des amis.

    Je pense qu’en fait le meilleur moyen de tuer Facebook serait de tout faire passer par lui!

  7. Non l’e-mail n’est pas has been. Car tous ces réseaux sociaux, toutes ces plates-formes de microblogging, tous ces beaux portails Web 2.0, que vous réclament-ils avec une intransigeance plus grande encore qu’un nom ou une date de naissance ? Un e-mail valide. Retirez cette carte du château et tout s’écroule. En revanche, il est clair que la fonction de l’e-mail a quelque peu évolué, assombrie par le nombre croissant de spams, vectorisée comme medium publicitaire, de plus en plus utilisée pour les correspondances administratives, pour recevoir les factures, etc. Les internautes recherchent dès lors d’autres moyens de communiquer en privé, plus à l’abri de cette masse d’informations rébarbatives.

  8. Bonjour,
    Mon commentaire sera très bref.
    Le courriel, avec tous ses avantages, me satisfait pleinement (et me prend bien assez de temps déjà) et est tout à fait complémentaire au téléphone.

    Je ne ressens donc aucun besoin de m’intéresser à des applications qui, je l’imagine ± bien, pompent encore beaucoup plus de temps et ne m’apporteront rien, puisque je n’ai aucun besoin et ne me sens aucune envie ni nécessité de m’en créer.

    Bon vent, donc, et bon plaisir à tous ces gens qui parviennent à vivre 48h par jour.
    M.M.

  9. Je crois que c’est plus une histoire de génération. Au Canada, en Suisse, en Belgique, en France, Facebook est le deuxième site le plus populaire (cf alexa.com). Je le vois, lorsque je suis à l’université, lorsque je suis dans une salle informatique ou à la bibliothèque, la moitié des gens sont sous Facebook. Maintenant, pourquoi aller sur Hotmail pour envoyer un courriel, alors que sous Facebook je peux directement envoyer un message à un de mes amis, et il le reçoit dans sa boite de réception des messages ? Je dirais, que facebook est le premier réflexe, donc il est plus facile de voir sa messagerie sous facebook que d’ouvrir un deuxième onglet ou une nouvelle fenêtre.

    On maitrise aussi bien sa communication sous Facebook, qu’avec un webmail.

    Il est possible de garder une copie du message reçu sous Facebook.

    Sous Facebook, envoyer un message d’une personne à une autre personne est personnel. Aucun autre utilisateur ne peut lire, à part Facebook (qui est propriétaire de tout ce qui passe !)

    Le courriel est un standard, c’est bien pour les communications pseudo officiel. Les communications très officielles restent par courrier classique. Mais cela représente quoi pour un jeune ? 1% des courriels ?

    Je ne parle pas d’une utilisation personnelle, mais plutôt d’observations. Ce qui reste quand même très personnel, et très subjectif.

    Finalement, il y a un très gros avantage sous Facebook, comme il n’y a pas d’adresse courriel, seulement un « ami » à qui on peut envoyer un message, du coup il n’y a plus du spam.

    Bien que le spam arrive sous Facebook, mais c’est plus par les sms des cellulaires !

  10. En complément de ce billet, je vous invite à lire l’article Le courriel est mort, vive le micromessage, publié ce matin dans la Tribune de Genève.
    L’argumentaire s’appuie sur les mêmes chiffres que ceux du WSJ, autrement dit une étude de Nielsen qui annonce que le nombre d’utilisateurs de réseaux sociaux (301,5 millions) aurait dépassé celui des utilisateurs de courriels (277 millions) dans les pays gros consommateurs d’Internet. Permettez-nous de douter sérieusement de ces chiffres…

  11. On oublie les fonctions administratives du mail, recevoir des factures de ses fournisseurs et des documents font que ses choses là ne peuvent être exposer à la vue de tout le monde.
    Il y à aussi la correspondance intime et familliale que peuvent entretenir des gens qui sont loin de leurs pays d’origine, il y à des petites choses que l’on ne veut pas faire savoir au monde entier tellement elle sont intime.

    Parler de la mort du couriel est un peu prétentieux, un désintéressement certainement par la nouveauté d’autres technologies oui.

Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Au fait, vous aussi, vous pouvez afficher votre propre avatar dans les commentaires.


Toute l'actu de l'e-mail,
des astuces et des conseils pratiques
chaque mois dans votre boîte aux lettres.

Abonnez-vous à la lettre d'Arobase.org !

Votre adresse ne sera communiquée à aucun tiers. Promis !        En savoir plus