Accueil » L'école du mail » Culture mail » Une histoire de l’arobase
Ingrandimento

Une histoire de l’arobase

A l’automne 1971 (voir une histoire de l’e-mail), l’ingénieur Ray Tomlinson décidait d’utiliser un signe typographique oublié pour séparer les 2 parties d’une adresse électronique. Se doutait-il alors du destin qu’allait connaître l’arobase (@), dont aujourd’hui plus personne n’ignore le nom, ni l’emplacement sur les claviers d’ordinateur ? Quel est donc ce symbole mystérieux ? D’où vient-il ? A quoi servait-il jusqu’alors ? Voici l’étonnante histoire de l’arobase, du moins dans ce qu’on en sait à l’heure actuelle.

Une renaissance en 1971

Ray Tomlinson, l’inventeur de l’e-mail, cherche un signe pour séparer les 2 parties de l’adresse e-mail. « J’ai simplement passé en revue le clavier pour en trouver un qui n’apparaisse dans aucun nom propre, afin de ne pas créer de confusion », explique-t-il. Son choix s’arrête sur le @, qui se trouve sur la touche P de son ordinateur et qu’il actionne par le raccourci Shift + P.

clavier

Le clavier du Teletype ASR33.

Le caractère @ a en outre le grand avantage de s’appeler « at » en anglais. Parfait pour signifier qu’un compte est hébergé chez une machine !

A partir de ce moment, l’arobase connait une nouvelle vie. Tomlinson reconnaîtra par la suite « avoir sauvé le @ de l’extinction ».

Pourquoi l’arobase sur les claviers d’ordinateur ?

Mais que faisait donc l’arobase, caractère tombé en désuétude, sur le clavier de l’ordinateur de Tomlinson ? L’arobase a tout simplement connu son heure de gloire au XIXe siècle aux Etats-Unis, où les commerçants l’utilisaient pour indiquer un prix unitaire. « 2 books @ $10 » se lisant par exemple « 2 livres à 10 dollars pièce ». Les machines à écrire, commercialisées à partir de 1873, eurent tôt fait de proposer ce caractère sur leur clavier pour satisfaire commerciaux et comptables. Et comme, par facilité, les concepteurs des premiers systèmes informatiques reprirent les claviers des machines à écrire, l’arobase survécut.

Les 3 faces historiques de l’arobase

Quand on essaie de remonter dans le temps, au delà du XIXe siècle, le brouillard s’épaissit. Dans l’état actuel des connaissances, il semble qu’on ait observé l’arobase sous 3 formes principales.

1. Selon certains linguistes, il apparaîtrait dès le VIe siècle dans des manuscrits en latin. Mais cette hypothèse est contestée : on ne trouve pas de trace de ce signe avant le XIIe siècle. @ serait une abréviation de la préposition latine « ad » (chez, vers, à), faite par ligature (jonction des 2 lettres, le d venant s’enrouler autour du a et disparaître). Au XVIIe siècle, on retrouverait sa trace dans le latin de chancellerie en Europe, indiquant l’adresse de documents officiels. Par exemple : « @ SSMM Ludov. & Marg. R&R Francae » se lirait « à Leurs Majestés Louis et Marguerite Roi et Reine de France ». Mais cette interprétation est, elle aussi, contestée : l’arobase observé pourrait n’être dans ces cas qu’un a majuscule orné.

2. Au XVIIe siècle, les commerçants espagnols et portugais utilisent l’arroba, une unité de mesure de poids et de volume, symbolisée par ce même @. De l’arabe « ar-rouba » (quatre ou quart), l’arroba représente un quart de quintal, soit 25 livres espagnoles ou 11.5 kilos. Tombée en désuétude avec l’adoption du système métrique, l’arroba est encore utilisée parfois pour le poids des taureaux dans les corridas, ou la mesure du volume des vins au Portugal. Un universitaire italien, Giorgio Stabile, a récemment découvert des documents commerciaux provenant de Venise vers 1500, où le @ désigne une unité de mesure, anfora ou amphore. Un dictionnaire latin-espagnol de 1492 lui confirmera qu’anfora se traduit bien par arroba.

3. Au XVIIIe siècle, apparaît dans le commerce le symbole @, tel qu’on le retrouvera aux Etats-Unis, pour indiquer le prix à l’unité. Un chercheur français estime qu’il s’agit d’une confusion calligraphique due à un mauvais usage du mot « à » par des marchands étrangers. Il y aurait eu, ici aussi, une ligature, mais entre le a et l’accent grave.

En janvier 2013, Marc Smith, professeur de paléographie à l’École nationale des chartes, s’est enfin plus sérieusement attaqué au sujet et a livré le résultat de ses recherches dans une passionnante conférence que nous vous invitons à revivre en ligne (durée de la vidéo : 1h09). Ses conclusions : aucun lien entre le at (3) et l’arroba (2), l’arobase actuel n’est vraisemblablement qu’un avatar de la préposition à.

Le @ moderne, combinaison des 3 arobases ?

Ray Tomlinson s’imaginait-il qu’il allait, par son choix du @ pour les adresses électroniques, réunir les 3 versions de l’arobase décrites ici ? Car si l’on réfléchit bien, l’arobase doit sa présence sur les claviers grâce à son usage dans le commerce (prix unitaire). Il doit son nom (en français, en portugais et en espagnol) à une confusion avec le symbole de l’unité de mesure. Il doit enfin sa signification à la préposition latine « ad », qui est à l’origine du « at » anglais.

L’histoire de l’arobase fait cependant encore débat et suscite de nombreuses et riches réactions. Vous pourrez les lire et ajouter la vôtre dans la page suivante…

On trouve sur le Net une autre explication de l’origine du nom arobase. Le terme arobase viendrait d’une contraction de « a-rond-bas » (sous entendu a-rond-bas de casse), terme utilisé par les typographes pour désigner un a minuscule (bas de casse) encerclé par un rond. En 1998, sur le groupe de discussion fr.lettres.langue.francaise, le typographe Jean-Pierre Lacroux la réfutait : « a rond » n’a selon lui jamais fait partie du vocabulaire des typographes, et ceux-ci connaissaient le terme arrobe. Ré-écriture plaisante mais farfelue de l’histoire donc ?
Suivant :

L’origine de l’arobase : vos contributions

Nous vous recommandons également :

Bénéficiez du soutien de la communauté Arobase.org dans les forums

Sur Arobase.org :

Sur le Web

Abonnez-vous à Arobase.org

Messageries, logiciels, applications, services : Arobase.org explore l'univers du courrier électronique. Pour suivre l'actualité de l'e-mail et recevoir nos trucs & astuces, rejoignez-nous sur les réseaux sociaux et abonnez-vous à notre newsletter mensuelle.

2 commentaires

  1. L’arobase a été utilisé en comptabilité tant qu’elle été tenue à la main depuis la nuit des temps en particulier en Italie, puis a été intégrés sur les machine à écrire avec le clavier « QWERTY ». En Italien on nommé le « Débit » par « Dare » (un « d » arrondis) en contrepartie le « Crédit » était « avere ». Ce mot « avere » s’écrivait avec l’arobase. je possède un manuscrit de comptabilité Italienne du XVIII (18°) siècle sur le quel figure ce que je viens de signaler.

  2. Symp@…mais alors d’où vient le ® ?

    vous avez associé @ à $ où x€®

Postez un commentaire

Vous voulez donner votre avis ou apporter une précision ? Laissez-nous un commentaire !
Attention : si vous avez un problème particulier à résoudre, cherchez de l'aide et attendez une réponse rapide et personnalisée, nous vous conseillons de vous rendre de préférence dans les forums.

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Au fait, vous aussi, vous pouvez afficher votre propre avatar dans les commentaires.


banner

Toute l'actu de l'e-mail,
des astuces et des conseils pratiques
chaque mois dans votre boîte aux lettres.

Abonnez-vous à la lettre d'Arobase.org !

Votre adresse ne sera communiquée à aucun tiers. Promis !        En savoir plus